Le concept d’alimentation intuitive ou d’alimentation en pleine conscience existe depuis les années 1990. Il a vu le jour en France avec le Dr ZERMATI et APFELDORFFER (Association G. R.O.S). Cette méthode est à contre-courant d’une alimentation cadrée, contrôlée, surmédicalisée !

L’alimentation intuitive est plutôt une écoute basée sur le lien profond entre le corps et l’esprit, avec comme notions principales : le bien -être, la bonne condition physique, tu manges quand tu as faim, tu arrêtes de manger lorsque tu es rassasié.

L’éducation, avec ses bonnes règles, nous apprend très tôt à manger aux heures convenues, des portions raisonnables, choisir le bon aliment (une salade plutôt qu’un hamburger), et si par malheur nous craquons quand même, rétorsion immédiate le lendemain à cause de notre mauvaise conscience !

« Finis ton assiette ! », « pas de dessert si tu n’as pas fini ton plat », « prends un yaourt, tu n’as pas assez de calcium », « si tu as encore faim, prends une pomme », toutes ces règles du « bien manger » raisonnent en nous de manière consciente ou non.

Cependant, l’alimentation intuitive n’est pas l’absence de règles, le but n’étant pas de lâcher tout contrôle, mais d’abandonner le contrôle mental pour retrouver le contrôle physiologique.

Le processus est lent pour établir une pensée positive et changer certaines habitudes alimentaires.

Le sujet étant vaste, nous aborderons ce thème dans 3 articles différents pour vous permettre de mieux le digérer !

Nous traiterons donc 6 points au total.

  1. Être à l’écoute de sa faim

La faim n’est pas ton ennemie. Il s’agit d’un mécanisme naturel que ton corps emploie quotidiennement afin que ton organisme ait toujours suffisamment de nutriments dans la journée pour fonctionner correctement. Lorsque la faim se fait sentir, prend le temps d’analyser les signaux : gargouillis, salivation, maux de tête, baisse d’énergie. Ils sont les meilleurs indicateurs pour commencer à manger.

Avant de passer à table, prend un instant pour te demander à quel niveau de faim tu te situes sur une échelle de 1 à 10 avec 1 (pas faim), 5 (faim moyenne), et 10 (faim intense) et adapte ton repas en fonction du chiffre obtenu.

  1. Être à l’écoute de son rassasiement

Selon cette même logique, à mi-chemin du repas, demande-toi si ce chiffre a changé. Si tu étais à 4 au début du repas et que tu ressens maintenant un 1, cela signifie sans doute que tu as suffisamment mangé. Je te conseille alors de privilégier de plus petites assiettes et surtout de prendre au moins 20 minutes pour manger, afin d’être plus à l’écoute de ces signaux.

Le sentiment de satiété est une sensation que ton corps enclenche lorsqu’il est repu. Il arrive parfois que nous mangeons quelque chose de si délicieux qu’il est difficile d’arrêter de manger même si nous n’avons plus faim ! C’est là où, écouter son corps, sera très important afin de ne pas manger sans faim et sans fin.

Voilà ! c’était les 2 premiers points que nous souhaitions partager avec vous.

Ils sont la base de l’alimentation intuitive.

Mais pour vous éviter trop de suspense ! et comme on aime partager, voici les prochains points abordés dans nos futurs blogs.

3. Oubliez les tabous alimentaires

4. Ne pas manger ses émotions

5. Acceptez-vous comme vous êtes

6. Faire de l’exercice et du sport pour le bien-être

A très bientôt pour vous en apprendre encore plus sur l’alimentation intuitive

Pascale Peres , Diététicienne Nutritionniste

Comments are closed.